...

...

Monday, October 22, 2018

Home rule : background video

This video explains the background  to the Home rule debate: what happened in the decades before. It is not really neutral (documentaries usually are not) but it explains many things. In particular it reminds us that the debate on home Rule came from a history of hunger, eviction, poverty and oppression, and was not at the time felt to be a technical debate about organizing the constitution.

https://www.youtube.com/watch?v=wbOD1fi8omw&t=120s

LEA, India, Gandhi

In 1982, Richard Attenborough produced a film about the impressive leader of the movement for Indian Independence (some details about the film here).

Although it was no doubt an uncritical film, it does explain a large number of historical events very well. Also, it seems to be available in full (in French) on Youtube. Just click here : https://www.youtube.com/watch?v=Kmi4ca5kn-c&app=desktop

a mug you might need


Sunday, October 21, 2018

Roubaix in the news in Britain

Because of their art museum https://www.theguardian.com/artanddesign/2018/oct/21/france-art-deco-jewel-swimming-pool-art-gallery-reopens

Thème agrégation

Just to make sure everyone is up to speed, here is the programme for the next few weeks.


6 Jacques Pierre Amette 24/10/2018
Half term break
7 Jacques Prévert 07/11/2018
8 Thierry Pfister 14/11/2018
9 Devoir sur table entraînement 21/11/2018
10 Tahar Ben Jelloun 28/11/2018
11 Victor Hugo 05/12/2018

On the 21st November I will be at Rennes for a doctoral jury. I believe that some of you have another class on that Wednesday morning early. For the rest  of you I will leave a passage for you to translate, and leave at the secretary's office for me.

Saturday, October 20, 2018

6 novembre Journée d'études à Rouen


Images et représentations de la Première Guerre mondiale

Mardi 6 novembre 2018, ESPE de l’Université de Rouen, 9h-18h
Cette journée d’étude, présentée par Corinne Bouillot, donnera l’occasion de réfléchir aux
questions liées à l’iconographie de la Première Guerre mondiale, à travers les productions
satiriques et de propagande émises par les belligérants, et de porter des regards croisés sur les
représentations de la guerre.

9h-16h30 : Conférences, Amphi 250
· 9h : Accueil des participants et présentation de la journée et du projet global
« 14-18 Le Regard de l’Autre »

· 9h20-10h10 : Pascal Dupuy, Maître de conférences en histoire moderne à l’Université de
Rouen, Groupe de Recherche d’Histoire :
Les dessinateurs satiriques et la Grande Guerre en France, Grande-Bretagne et Allemagne

Dans cette communication, nous envisagerons dans un premier temps les réactions de la
caricature face à la Grande Guerre en France et en Allemagne en indiquant succinctement
quelques grandes tendances et caractéristiques. Puis, nous prendrons en compte les effets
de la guerre sur les dessinateurs dont le statut va soudainement se transformer. Enfin, nous
envisagerons sur le temps plus long les transformations que la Grande Guerre a pu
occasionner sur l’art satirique au XXe siècle.

· 10h10-11h : Bérénice Zunino, Maîtresse de conférences en civilisation et histoire des pays
de langue allemande à l’Université de Franche-Comté :
La guerre, un jeu d’enfants ? La littérature illustrée pour enfants à l’époque de la Première
Guerre mondiale

En raison de sa durée et de son caractère total, la Première Guerre mondiale a impliqué
toutes les composantes des sociétés belligérantes. Elle a également été la première "guerre
des images". Dans ce contexte, les hostilités ont vu s’intensifier la production d’une
imagerie à l’adresse des plus jeunes, surtout durant les deux premières années du conflit.
Dans une perspective franco-allemande, cette communication se concentrera sur les
albums et les illustrés pour enfants, leur production, leur public et les stéréotypes qu’ils
véhiculent. On s’interrogera en premier lieu sur les ressorts et les limites des "cultures de
guerre" dont ces productions pour enfants font partie. La part belle sera faite aux études
de cas afin de proposer au public une immersion dans le bain visuel de 1914-1918.

· 11h20-12h20 : Thorsten Heese, Conservateur en histoire urbaine au Musée d’histoire
culturelle d’Osnabrück et docteur en histoire / Pierre Spitalier, professeur d’histoiregéographie
au Collège Centre de Gap, Hautes-Alpes, coordinateur pédagogique de
l’exposition du côté français :

L’exposition « Mit den Augen des Anderen / Le regard de l’autre – Caricature et propagande
pendant la Première Guerre mondiale » et ses objectifs culturels, scientifiques et
pédagogiques.

L’enseignement de l’histoire en dehors de la salle de cours et au-delà du manuel scolaire
peut constituer pour les élèves comme pour les enseignants une expérience toute
particulière. A fortiori lorsqu’on dépasse les frontières nationales et que l’on peut intégrer
des perspectives multiples. Le projet « Mit den Augen des Anderen / Le regard de l’autre »
a offert l’opportunité, à partir de caricatures sur l’histoire de la guerre et de la propagande
pendant la Première Guerre mondiale, de réunir différents points de vue nationaux en une
exposition commune. Dans le compte rendu de leur expérience, les intervenants mettront
particulièrement l’accent sur les répercussions du travail pédagogique transnational sur
la conscience historique des apprenants.

· 14h-14h50 : Rémi Dalisson, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Rouen,
Groupe de Recherche d’Histoire :
Mémoire de pierre, histoire nationale : les monuments de la Grande Guerre en France et en
Allemagne

Commémorer la Grande Guerre n’a pas le même sens pour qui est vainqueur comme la
France ou perdant comme l’Allemagne. Le pilier des commémorations de guerre est le
monument aux morts auquel on peut ajouter les cérémonies comme le 11 novembre. La
France se singularise par une politique d’ampleur qui couvre le pays de figures de pierre
ou de bronze en l’espace de 5 ans et fait du monument une leçon civique et pacifiste jusqu’à
nos jours. Le cas de l’Allemagne est bien différent et les monuments y sont rares avant que
les nazis n’instrumentalisent la mémoire de 14-18. Puis le souvenir de 39-45 y efface tout
avant que le centenaire de la Grande Guerre ne soit le moment d’une redécouverte de ce
conflit et de ses monuments outre-Rhin. Nous. Les mémoires de pierre de 14-18 sont bien
le reflet d’histoires nationales que l’Europe remet aujourd’hui en question.

· 14h50-15h40 : Claire Maingon, Maître de conférences en histoire de l’art à l’Université de
Rouen, Groupe de Recherche d’Histoire :
Artistes combattants dans la Grande Guerre

De nombreux peintres et sculpteurs ont été mobilisés, tant du côté français que du côté
allemand. Cette communication précisera les différents statuts des artistes, du simple soldat
auteur de dessins aux peintres missionnés et enrôlés dans le camouflage.

· 15h40-16h30 : John Mullen, Professeur d’études anglophones à l’Université de Rouen,
Équipe de Recherche Interdisciplinaire sur les Aires Culturelles :

Dépeindre l’Autre dans le monde de la chanson populaire de la Grande Guerre
Bien avant la Guerre, le monde de la chanson, dans ses paroles, ses affiches, ses costumes,
avait dépeint l’Autre effrayant ou séduisant – l’Ennemi, le Noir, le Juif, la Muse, la
Suffragette… Pendant la guerre, cette communication continue. Utilisant des exemples de
plusieurs pays, nous examinerons ce processus et son fonctionnement.

17h : Vernissage et présentation de l’exposition, La Passerelle, ESPE